Apprendre à  piloter à  l'Aéro-club de Montpellier

Histoire d'un lâcher à  l'Aéro club de Montpellier

Place aux Ados


A propos
Texte suivant


Retour a l'aéroclub

Ils l'ont fait !
Profitant de cette belle journée du 19 septembre 2004, ils l'ont fait ...
Il y avait déjà  quelques semaines qu'on sentait arriver le truc. Même le petit (16 ans depuis quelques mois tout de même ) se sentait hyper à  l'aise, de plus en plus sur de lui. Maintenant qu'il avait du poil au menton, les ailes le démangeaient fort. Nous rongions un petit peu nos angoisses en essayant de ne penser qu'au meilleur même si parfois le doute vous serre un peu le coeur.

Premier vol solo : 19 mn

De toute façon, c'était une étape à  franchir, et Philippe, notre instructeur de famille, avait mis en place tout le nécessaire. Donc tout allait bien. Oui mais .... les parents restent ce qu'ils sont et ont le trouillomètre à  zéro quand il s'agit de laisser le gamin tout seul avec sa vie accrochée au manche de l'avion. Je crois qu'en fait, j'étais beaucoup plus inquiet ce jour là  que le jour de mon propre lâcher.

Déjà , le soleil, Cavok et le vent nul ou presque, avaient fait grimper gentiment le stress paternel. La mère, avec son instinct de mère, après deux tours dans son lit (et une enquête rapide par téléphone) avait bien senti que nous étions fort probablement le "jour qui va bien", et avait pris sa décision rapidement. Un saut dans la voiture, direction l'aéroclub ! En vieux pilote qui se rappelle encore son propre lâcher, j'avais emporté "au cas ou" les appareils photos et c'est tout en préparant le F-GMKI pour mon petit vol autour de la secondaire, que j'ai entendu Philippe annoncer "pour une option".

Estomac au quatorzième sous sol, le temps s'arrête, vite les appareils photos, et le deuxième coup sur la tête quand on entend à  la radio "et ça repart pour deux tours de piste pour un premier vol solo".

Gloops, dit le père. Vite, un coup de téléphone pour rappeler la mère de l'oisillon ! Vais pas rester tout seul tout de même !

Philippe égrène ses dernières recommandations (c'est long, mais ça fait du bien, je m'en rappelle). Par contre, ça laisse le paternel mijoter quelques minutes de plus, tout seul, sans ce petit mot qui vous rassure. Enfin, l'instructeur lâche son élève, et se dirige d'un pas ferme vers le parking de l'aéroclub pour apporter tout son soutien à  la troupe familiale. La maman arrive à  ce moment là  pour voir le fiston à  son premier virage, et se met instantanément à  regarder ailleurs.

Mais que ces parents sont sots ! Le bébé ? Il va très bien, plus que bien même. Il touche cool, juste après le peigne, pose vite fait la roulette avant et remet les gaz illico. Tellement décontracté le môme, qu'il se paie même le luxe d'un coucou avec le bras à  tous ces badauds sur le parking. Mon dieu que maman est contente et rassurée, voila déjà  un tour de fait, plus qu'un et tout sera revenu au calme !

L'instructeur avait dit deux tours donc Alexandre demande un complet, avec regret nous dira-t-il après, et revient sagement au club pour rejoindre tout d'abord son instructeur, et remplir ensuite sa première ligne de commandant de bord après un grand vol de 19 minutes!!!!  Papa joue au photographe, maman respire, tous deux avec le cœur gros comme ça et une petite émotion au coin de l'œil. Alexandre lui, serein, a trouvé ça "super"!

Voila un cap de franchi, avec les deux milles remerciements à  tout ceux qui nous ont permis de monter si haut, ensemble. Lâcher un pilote pour son premier vol solo, c'est facile, car tout est prêt pour cela. Mais parfois on a l'impression qu'on lâche aussi les parents...(H.B Copyright http://Aeroclub-montpellier.com)

 

ESMA Aviation Academy
 

 

  Hbstat